Les Gorges d’Aradena

Classé dans : Crète, Europe | 4

Roadtrip en Crète : Jour 6

Aujourd’hui encore, c’est un réveil matinal avec pour objectif notre plus grosse randonnée de notre voyage en Crète : les gorges d’Aradena. Nous avons longuement hésité avant de choisir notre itinéraire et ce ne sont pas les gorges les plus célèbres de Crète (les gorges de Samaria) qui ont remporté notre choix. Problème de logistique, les Gorges de Samaria ne peuvent pas se faire en une boucle à pied, il faut dépendre d’autres moyens de transport et notamment des navettes en bateau et nous n’avions pas envie d’être contraintes par des horaires. Nous avons donc opté pour une randonnée en boucle dans les Gorges d’Aradena, moins célèbres mais sublimes !

Randonnée dans les Gorges d’Aradena

Pour commencer, je tiens à remercier chaleureusement Vincent car c’est grâce à lui qu’on a choisi cet itinéraire de rando. Avec Vincent nous nous suivons sur les réseaux depuis de nombreuses années. Il a un blog et fait beaucoup de randonnées alors forcément, on se rejoint sur pas mal de sujets. Il faut aussi savoir que les randonnées en Crète ne sont pas souvent balisées pour faire des boucles. Ils aiment bien les allers-retours… Lorsque j’ai fait mes petites recherches sur notre voyage en Crète et les randonnées possibles, je suis tombée sur son récit de randonnée dans les Gorges d’Aradena sur son blog. Bingo c’est pile ce que l’on recherchait ! C’est donc suite à son article et ses conseils que nous nous sommes engagées ce matin-là dans cette belle randonnée.

Randonnée en boucle dans les Gorges d’Aradena

Nous partons donc tôt de notre hôtel à Frangokastello pour rejoindre le village d’Aradena. Nous passons un pont qui surplombe les gorges et on se gare près d’un café, au soleil mais il n’y a déjà pas d’ombre de toute façon. Le départ de la randonnée se situe après le pont. On commence par emprunter la petite route sur le plateau en direction du village de Liviana. Facile. Puis, on attaque une longue descente jusqu’à la mer ou deux choix s’offrent à nous : suivre le sentier balisé dans la piste très pentue et caillouteuse ou perdre du temps en suivant la route en lacets. Après courte réflexion, on choisit l’option deux pour préserver nos genoux en ce début de randos puisqu’on a ni prit nos genouillères, ni nos bâtons… La descente est longue mais très belle puisqu’on se rapproche peu à peu de la mer.

Avant d’atteindre la mer on traverse un village sous le regard des chèvres couchées à l’ombre. Normal.

Au bord de mer on rejoint le sentier côtier (sentier E4) qui nous emmène jusqu’à Marmara. Le sentier est joli, en balcon sur la mer, mais il faut rester vigilant et garder un œil sur ses pieds pour ne pas se les tordre. Il y a un peu de monde à Marmara car on comprend que certains touristes y viennent en bateau depuis Skafia ou Loutro, mais en octobre on est quand même assez tranquilles et on choisit une place à l’ombre pour déjeuner les pieds dans l’eau.

Après cette belle petite pause, nous nous engageons dans les Gorges d’Aradena. Dès le début elles nous impressionnent. Rien à voir avec les gorges d’Agios Antonios ou les gorges d’Imbros que nous avions parcourues précédemment.

Les gorges d’Aradena sont larges et profondes. On a des images du Roi Lion nous reviennent parfois en tête (pas la partie la plus joyeuse du dessin animé si vous voyez ce que je veux dire…). D’autant que si on croise beaucoup de chèvres grimpant aisément les parois, on croise aussi quelques cadavres de ces mêmes chèvres qui ont terminé leur vie au fond des gorges…

Ceci étant les gorges sont vraiment belles et impressionnantes. Faire la remontée vers Aradena est plutôt physique car il y a beaucoup d’éboulements à franchir mais le jeu en vaut la chandelle. Malgré la chaleur et les vilaines guêpes qui m’ont piqué sous le genou à travers mon legging, je continue à m’émerveiller tout au long de la randonnée. Bon ma compagne de voyage râle un peu à cause de la chaleur d’autant que je ne veux plus m’arrêter de peur de faire une réaction allergique à la piqûre. Mais c’est beau et, comme d’habitude, je suis sûre qu’on oubliera la souffrance une fois la rando terminée.

La dernière partie de la randonnée passe par des échelles en fer et des passages en cordes. J’adore mais je ne conseille pas à des personnes avec le vertige, l’éboulement est assez important et donc haut. Une fois cet obstacle franchi on entend et on voit le fameux pont d’Aradena où se trouve la voiture mais la rando n’est pas fini. il faut rejoindre le chemin des muletiers en flanc de falaise qui se trouvent plus loin. On a plus beaucoup d’eau et il est temps d’arriver.

On termine cette belle randonnée par un passage dans le petit village d’Aradena avant de prendre un soda et demander une poche de glaces pour ma piqûre au café près de la voiture. On enlève nos chaussures et on sourit tels des enfants. C’était dur, mais c’était tellement beau. Quelle belle journée !

Les autres articles sur mon voyage en Crète :

4 Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.