Cuba : La Havane

Classé dans : Cuba | 18

Point de départ de nos aventures cubaines, La Havane fut à la fois intrigante, palpitante et éreintante. La Havane, la colorée, celle que l’on pense connaître à travers les photos mais qui nous secoue dès l’arrivée. La Havane, capitale cubaine à découvrir à pieds et en taxi. Et si la vieille ville est vraiment jolie, c’est surtout les petites ruelles en dehors qui font prendre le pouls de la ville.

J’ouvre donc aujourd’hui mon carnet de voyage à Cuba avec ma découverte de La Havane. Prêt ? On y va !

Jour 1 : Paris – La Havane

Après une longue journée de transports (voiture – train – avion), c’est à 17h15 heure locale que nous atterrissons à l’aéroport José Marti.
Les 9h30 de vol sont passées relativement vite, entre papotages, grignotages et trois films. En sortant de l’avion, la chaleur moite nous écrase. Pendant que l’on traverse l’aéroport pour rejoindre les bureaux de l’immigration et récupérer nos bagages, on voit à travers les baies vitrées un ciel bien noir et quelques éclairs… On espère juste ne pas commencer le séjour en se prenant un orage sur le coin du nez mais le temps de passer les contrôles et de trouver un taxi pour rejoindre notre casa particular dans le centre de La Havane, à peine quelques gouttes tombent. Nous sommes arrivées juste après l’orage donc, timing parfait.

Pour 25 CUC, le conducteur de taxi nous emmène dans le centre de La Havane. Emilie et moi regardons, fascinées, les paysages défiler derrière les carreaux de la voiture.
Beaucoup de verdure, quelques immeubles mais surtout des façades colorées qui alternent avec d’autres habitations complètement délabrées. La route est cependant bonne. La conduite un peu sportive et à coup de gentils coup de klaxon. Cela me rappelle un peu mon arrivée au Sénégal, en beaucoup moins perturbant tout de même.

Après quelques tours et détours dans les rues parfois en travaux de Centro Habana, le taxi nous dépose devant notre casa réservée depuis la France sur AirBnB.
Aurora et son mari nous accueillent chaleureusement avec quelques mots d’anglais pour elle et nos bribes de mots espagnols pour nous.
A notre étage, notre chambre (2 lits 1 personne) est équipée de ventilateur et d’une climatisation. A côté, une salle d’eau et un espace cuisine avec un frigo. Et le gros plus : la jolie terrasse où nous nous installons vite pour boire notre premier mojito du séjour!
3 CUC et une vraie dose de bon rhum (et la menthe fraîche cueillie devant nous sur la terrasse). Ce premier jour s’achève parfaitement bien, on réalise enfin que nous sommes à La Havane. A Cuba.

 

Jour 2 : Une journée pour découvrir La Havane

 

La nuit fut globalement reposante malgré la chaleur qui m’a fait réactiver la climatisation au petit matin. L’avantage d’être arrivée à 17h15 heure locale et de nous être couchées à 22h semble être un bon plan pour gérer au mieux les 6 heures de décalage horaire par rapport à la France (le retour risque d’être plus compliqué). Après une bonne douche bien fraîche, nous descendons gaiement prendre notre petit-déjeuner à la casa. Assiette de fruits frais (mangue, ananas, banane, goyage, papaye), jus d’ananas, café de cuba, œuf et lard, pain-margarine-marmelade d’orange. Rien d’extraordinaire à part l’ananas frais et le café mais ça nous tiendra au corps pour quelques heures. De toute façon avec la chaleur, la priorité sera sûrement de boire plus que de manger.
A 8h30 nous descendons donc dans la rue pour entamer notre journée de découverte de La Havane à pied. Pas de musées au programme, nous voulons surtout aller au gré de nos envies dans les ruelles colorées. Enfin ça c’était avant de croiser les cubains qui ont tendance à nous accoster (gentiment) et nous emmener voir untel et untel. Savoir dire non quand on ne maîtrise pas l’espagnol et que l’on a des gens gentils en face de nous s’avèrent une tâche difficile. Ainsi, nous rencontrons Miguel, le voisin d’Aurora, qui nous a vu arriver la veille et qui tiens à nous montrer quelques façades sympas, mais surtout nous emmener acheter des cigares au prix de la coopérative (-40%) qui ferme ce jour à 10h. Comme nous avions entendu plusieurs fois l’information, nous avons suivi gentiment et nous sommes retrouvées avec une dame toute souriante et ses boîtes de cigares. N’y connaissant rien en cigares, je finis par craquer pour en ramener aux copains rester en France mais sans conviction de ne pas avoir été un peu arnaquée. Aucune idée mais tant pis, ça fait partie du jeu et on verra l’avis des copains au retour. Un peu plus tard, c’est Georgia, professeure de salsa qui nous accoste et nous emmène visiter le Sociedad Cultural Rosalia de Castro Egido. Le temps de comprendre quoi que se soit elle commande 3 mojitos sans alcool et nous voilà assises toutes les 3 autour de la table pour écouter un groupe de musicien. Elle nous m’apprend quelques pas de salsa puis nous fait les yeux doux pour qu’on lui achète du lait en poudre pour ses deux enfants. Encore une fois difficile de dire non sans maîtriser la langue et surtout sachant qu’il y a effectivement toujours des problèmes de rationnement de certains produits… On cède et elle nous remercie avant de filer à d’autres occupations.

Ensuite, on s’affirme plus dans nos “no, gracias” mais toujours avec le sourire et on arrive à se balader de longues heures avec quelques pauses pour se remettre de la crème solaire et boire de l’eau. On traîne dans le centre principalement et on va faire un tour au bord de l’eau et sur le Malecon avant de revenir dans des petites rues remplies de panneaux indiquant des casas particulares.
On tombe par hasard sur une jolie boutique qui propose des jus de fruits frais. A 3 CUC le “jugo de pina” frais, on ne dit pas non pour se désaltérer (et se nourrir un peu car nous n’avons toujours pas faim).
Dans nos pérégrinations, on flâne à l’ombre et on se pause de plus en plus souvent à l’ombre. La chaleur devient écrasante. Tandis qu’on reprend des forces à l’ombre d’un parc situé près du Capitole (en rénovation), un vieux monsieur m’accoste, s’assoit à côté de moi sur le banc et finit par me demander mon numéro. C’est le moment qu’on estime opportun pour faire un dernier “no” avec le sourire et de reprendre notre chemin.
On remonte tout le prado, leur grande avenue avec un terre-plein central et des bancs en marbre jusqu’au fort au bout de la jetée. Pour éviter le cagnard du bord de l’eau on bifurque avant. Plus loin, on repère un escalier devant une église et on s’installe sur les marches, à l’ombre. A peine quelques minutes qu’un nouveau professeur de salsa vient s’installer avec nous pour discuter et nous faire danser. On le soupçonne un peu d’en vouloir un peu plus, surtout quand son ami Edouardo nous rejoint… On prend donc congés en vitesse. La chaleur est accablante et les “que calor” que l’on entend de ci de là nous indique que les locaux ont tout aussi chaud que nous. Quelques accostages et mètres plus loin on finit par décider de rentrer se poser boire un verre dans notre casa et se reposer tranquillement.
Rentrer et lire un bouquin au frais! C’est aussi ça les vacances non ? Surtout que du jus d’ananas maison nous attends sagement dans le réfrigérateur.
Vers 20h, Aurora installe notre table du dîner sur la terrasse et nous sert nos repas. Poisson grillé pour l’une, langouste pour l’autre, une montagne de purée, des chips et de la macédoine de légume. De quoi nourrir 4 personnes au moins, surtout avec cette chaleur qui coupe l’appétit… On dîne tranquillement, puis Aurora nous apporte une boule de glace pour “faire digérer”. On traîne un peu dans la soirée jusqu’à ce que la chaleur nous assomme. Quelques pages de mon livre et le sommeil prend le dessus. J’ai tellement hâte de vivre la suite…

 

18 Responses

  1. samsha

    Cuba est un magnifique pays plein de couleurs et de contrastes que j’aimerais beaucoup avoir l’occasion de visiter!

    • Julie

      Oh que oui, des couleurs mais surtout des contrastes !
      Je te souhaite de réaliser ton rêve en tous cas, c’est une destination qui fait réfléchir à la société aussi 🙂

  2. Emy - The Flying Dutchwoman

    Ooooh j’avais déjà oublié la glace sur le balcon 😀 Je me disais bien qu’on en avait mangé une!
    Et c’est beau les photos avec un grand angle (c’est bien, je peux comparer sans problème sur certaines photos)! Tout beau, tout coloré!

    (et du coup, les cigares, ils sont bons ou encore dans la boîte?)
    Emy – The Flying Dutchwoman Articles récents…Aventure Cubaine : La HavaneMy Profile

    • Julie

      Ahah au moins on a pas les mêmes photos c’est déjà ça 😛
      Les cigares ont été offerts samedi, ça avait pas l’air mal mais ce ne sont pas de fins connaisseurs non plus. En tous cas ça a fait plaisir c’est le principal!

    • Julie

      Bah c’est relatif. C’est usant parce qu’on se fait accoster sans cesse mais c’est pas “lourd” comme ça peut l’être dans d’autres pays. Y’a rien de malsain, y’a pas de trucs chelous. Ils tentent gentiment c’est tout, il suffit de décliner avec le sourire et ça passe. Faut juste prendre le pli 🙂

  3. tania

    ah ah j adore ton article
    hâte de lire la suite
    bon vous comprenez vite et les no gracias se font plus nombreux hi hi
    moi je sais pas dire grand chose en espagnol

    • Julie

      Merci Tania, je suis contente que le format te plaise, c’est tiré de mes notes quotidiennes, j’aime bien lire ce genre de récit aussi 🙂

    • Julie

      Oh tu sais, moi ce n’était même pas dans ma liste et pourtant le hasard m’y a emmené, sans aucuns regrets !

    • Julie

      Oh merci Rachel, ça me touche d’autant que tu y as déjà été toi même ! C’est sur que c’est très différent comme ville, très vivante d’ailleurs 😀

  4. Itineramagica

    J’adore tes photos, vraiment superbes. Cuba n’est pas à ce jour une destination où j’ai envie d’aller (allergie prononcée au régime Castro !), mais j’ai beaucoup de plaisir à admirer ce genre de reportages, tes photos sont de toute beauté et mettent bien en valeur La Havane !

    • Julie

      Oh merci beaucoup pour mes photos :-*
      J’ai beaucoup appris sur le régime Castro justement (car au fond je ne connaissais que le point de vu médiatique français), et je ne souhaite pas me positionner avec un simple curseur bon/mauvais car il y a, pour moi, deux belles réussites sociales (égalité face à l’éducation & à la santé, 2 piliers que l’on peine à mettre en place ailleurs). Il y a des côté très sombres aussi bien sûr, mais c’est aussi le cas ailleurs à différentes échelles… Donc franchement, aucun regret, au contraire!

  5. Cecile

    J’adore ton récit on est en immersion avec toi c’est fantastique. Tes photos sont chouettes et donne un belle aperçu de la Havane j’aime beaucoup les veilles rues, les vieilles façades ça dégage un charme fou. Par contre je n’aurai jamais pensé que les touristes étaient accostés de la sorte. Est ce ainsi pour tout le monde ou bien parce vous étiez deux belles femmes dans les rues de la Havane 😉 ?
    Cecile Articles récents…Silent Sunday 2017 #25My Profile

    • Julie

      Oh merci beaucoup Cécile, j’aime beaucoup tenir mes carnets lors de ce genre de voyage alors je suis ravie que le format te convienne également <3
      Et merci pour le compliment "deux belles femmes" ahahah. Pour le côté "accostage répétitif", il faut relativiser. C'est fatigant mais à aucun moment nous ne nous sommes pas sentie en sécurité ou même pas respecté. Ils sont vraiment gentils quand ils nous abordent, mais ils essaient juste d'avoir quelque chose qu'ils n'ont pas ou juste "draguer" car c'est comme ça dans leur culture finalement. Rien de grave 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.