PVT en Nouvelle-Zélande : mon bilan des 9 mois

Classé dans : Nouvelle-Zélande, PVT | 2

Il y maintenant neuf mois, nous avons fait tamponner nos passeports et activer nos PVT au bureau de l’immigration de l’aéroport d’Auckland. Neuf mois déjà que nous vivons au pays des kiwis. Si on en a mangé pas mal et qu’on s’est liés avec les habitants nommés kiwis aussi, pas l’ombre de l’oiseau mythique à part sur les panneaux.

Je vous avez déjà fait un premier point à trois mois puis un second bilan pour les six mois en Nouvelle-Zélande. Quelles sont mes impressions au bout de neuf mois ? Qu’a-t-on fait de plus ?

 

Mon bilan des neufs mois en Nouvelle-Zélande :

Les trois derniers mois ont été riches en réflexion, en choix et en remise en question. En effet, les difficultés à trouver un cocon à Wellington nous a peu à peu lassé et nous avons décidé de quitter cette ville et nos boulots dans le café pour reprendre la route sur l’île du Sud en avril sans trop de plans. L’avantage d’avoir dormi en van dans les rues de Wellington les deux derniers mois nous ont cependant permis d’économiser un peu plus facilement (un mal pour un bien comme on dit), donc nous ne sommes pas reparti à sec. Nous avons donc passé un mois à travailler à Wellington et deux mois sur les routes de l’île du Sud. On a fait de superbes jolies randonnées, observé des oiseaux et d’autres animaux marins, passé du temps au bord de la mer, dans le bush natif, dans les montagnes, dans les fjords… On a eu froid, on s’est battu contre les sandflies sur la côte ouest puis on s’est pris trois semaines de pluie non stop. On a roulé, marché, escaladé. On a aimé, adoré, détesté. On s’est aimé, adoré, détesté. On a simplement vécu trois mois de plus loin de notre quotidien français.

Point géographie :

C’est par la côte Ouest que nous avons choisi d’explorer l’île du Sud de la Nouvelle-Zélande après avoir passé quelques jours dans le Nord après avoir traversé en ferry. Nous avons donc débarqué à Picton et j’écris actuellement ce bilan depuis Oamaru sur la côte Est. French Pass, Nelson, Abel Tasman National Park, Cap Farewell, Nelson Lakes, West Coast, Arthur’s Pass National Park, Franz Joseph et Fox Glacier, Wanaka, Queenstown, Glenorchy, Milford Sound, les Catlins sous la pluie puis enfin Dunedin et Oamaru au sec. Que de nouveaux noms dans nos esprits.

 

Point météo :

Si dans le bilan précédant je pouvais n’être qu’heureuse de la météo de l’été à Wellington, les trois derniers mois, en particulier les deux derniers ont été très humides. Si nous avons réussi à jongler entre les averses automnale au Nord de l’île du Sud au début du roadtrip, des litres d’eau se sont déversés en continu sur nos têtes/le van sur la côte ouest. Et ça nous a sacrément donné le cafard à dire vrai.

 

Point boulot :

Nous avons donc travaillé un mois de plus à Wellington avant de mettre les voiles. Petit pincement au cœur de quitter notre café et nos collègues mais en route pour de nouvelles aventures !

Pour dire vrai on s’est dit qu’on s’installerait dans une autre ville après quelques semaines et puis finalement, la période automnale n’aidant pas, on a pas vraiment trouvé chaussure à notre pied (c’est à dire une ville qui nous plaît avec de chouettes petits boulots) du coup pas d’autres périodes de boulot dans ces deux mois.

On a en revanche repris du service pour faire deux nouveaux HelpX – volontariat :

  • Le premier début mai à Hokitika était parfait. Tracie, notre hôte était géniale, les deux chiens aussi et le gros plus : nous dormions dans un bus aménagé tout confort ! Contre 2 à 4h de boulot par jour (désherbage, plantation, ramassage de pommes de pins, déplacement de pierres, peinture…) nous avions un joli cocon et toute la liberté de nous faire nous même nos repas. 8 jours de bonheur malgré beaucoup de pluie !
  • Le second, nous y sommes encore pour quelques jours ! A côté d’Oamaru, nous aidons dans les travaux extérieurs une gentille famille de kiwi. 4h par jour contre 3 (très) bons repas, une chambre au chaud et internet illimité.

Les petites galères :

Pas eu de galères à proprement parlé sur ces 3 derniers mois. Juste un sacré raz le bol de la pluie en continu, de l’humidité, de la condensation dans le van, d’être H24 ensemble dans un si petit espace…

 

Les jolies rencontres :

Avant de partir de Welly j’ai rencontré Romane, une petite belge rousse pétillante. On a malheureusement partagé que quelques journées de boulot mais elle donne le sourire cette nana 🙂

Voyager en automne / hiver, ça veut dire beaucoup de temps dans le van à l’abri et pas autant de rencontres que l’été, forcément… D’ailleurs, rien à voir, mais si on avait presque pas croisé d’allemands sur les freecamps de l’île du Nord on en a croisé beaucoup dans le Sud mais malheureusement sans spécialement lier contact.

Dans les rencontres marquantes j’ai envie de citer, Johny, un jeune anglais faisant le tour de Nouvelle-Zélande en vélo, à qui on a ouvert les portes du van un matin dans le camping de French Pass car il pleuvait des cordes depuis la veille et que le pauvre était en tente. Un mal pour un bien puisqu’on a passé toute la matinée à discuter, à jouer au carte et à boire du café dans notre petit van rouge.

Et puis Tracie, notre hôte adorable kiwi à Hokitika, avec qui on a refait le monde en buvant du thé.

On se rappellera aussi de Julie, flamande voyageant avec son pote néerlandais, qui a essayé de nous troquer une cafetière à piston et avec qui on a passé la soirée à papoter avant que le froid n’est raison de nous. Ah les Julie, toute une histoire 😀

J’ai le droit de parler des otaries, des lions de mers et des manchots dans les jolies rencontres ?

 

10 photos qui résument les trois derniers mois :

 

Mes petits manques :

Le confort d’un nid douillet. Pouvoir marcher dans son appartement quand il pleut des cordes et ne pas rester dans un espace clos. Ne pas à avoir à enfiler chaussures et manteau pour aller faire pipi la nuit. Et en moindre mesure pouvoir se doucher quand on veut.

Mon chat me manque toujours autant. Je compense un peu avec les animaux de nos HelpX du coup.

Encore et toujours les copains, et la famille proche surtout quand je reçois les photos des premiers apéros en terrasse 🙂

Question nourriture, je continue de tenir bon. Bon, ma bretonne préférée nous a offert un saucisson français pour notre départ de Wellington, on a eu une petite dose de gastronomie française (et puis bon, on a passé 3 mois à manger des croissants et des jambons-beurre au boulot).

 

D’autres questions sur ces 9 mois de PVT en Nouvelle-Zélande ?

2 Responses

  1. Oceane

    Hello!
    Aaah, que des aventures en un petit temps! Effectivement, vous avez eu l’air de ramer un peu avec le van. J’espère que votre situation s’améliora, même si cela ne sert à rien comme tu dis d’être dans un endroit que tu n’aimes pas, payer le loyer et ne pas avoir de boulot ^^
    Bon amusement pour la suite!

    A bientôt!
    Oceane Articles récents…Mai 2018 – Suivez moi dans ma vie à LondresMy Profile

    • Julie

      Coucou !
      Et oui c’est fou de faire des récap’ trimestriel avec ce genre d’expérience 🙂
      La vie en van a beaucoup d’avantages…mais aussi pas mal d’inconvénients!
      Merci pour ton petit mot, belle vie londonienne à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.