Sénégal – Carnet de voyage #5 – Fambine & alentours

Classé dans : Sénégal | 18

Je ne savais pas vraiment comment vous raconter ici mon voyage au Sénégal, par thème, par endroit… Finalement j’ai repris mes notes écrites pendant le voyage et j’ai envie de partager mon carnet de voyage avec vous avec les choses vécues au jour le jour, tout simplement. Une petite série d’articles rédigés de la même manière, en espérant que j’arriverais à vous emmener au Sénégal avec moi.

A relire : Partie #1Partie #2 Partie #3Partie #4

 

 

Jour 7 – Le chemin des collégiens, le marché aux crevettes et le retour de Fambine

C’était sans compter sur la difficulté à dormir sans oreiller, par une chaleur pesante et l’escalade d’une souris pendant la nuit. Et le réveil à 5h pour l’appel à la prière. Ok là on a fait de l’immersion pour de bon ! A 7h30 je sors de la chambre pour profiter de la douceur du matin. Par curiosité, je suis les élèves qui prennent le chemin du collège dans le village voisin car on nous l’a évoqué la veille. Cela n’a pas l’air de tous repos d’après les propos de Souleman. Rapidement j’en ai la confirmation en les voyant enlever leurs chaussures pour traverser un premier bras de mer où l’eau est basse aujourd’hui, par chance. Un peu plus tard les hommes me rejoignent et nous parcourons tout le chemin pour nous rendre au marché des crevettes. La passerelle est dans un sale état, des planches sous cassées, des clous ressortent et il faut faire attention où l’on pose les pieds pour ne pas se blesser. Ensuite il faut marcher dans l’eau quelques mètres, sur les coquillages qui font tant mal aux pieds avant de rejoindre une étendue de sable qui ressemble plus à une patinoire qu’à autre chose. Omar m’explique qu’il faut rétracter les orteils pour ne pas glisser, mais il préfère tout de même me soutenir par le bras pour m’éviter de me retrouver par terre pleine de sable mouillé. Il faut presque trois quart d’heure pour arriver au collège dans ses conditions. Sur le chemin on croise un élève en retard car il a dû retourner se changer à Fambine après avoir glissé dans le sable… Cela fait réfléchir car je n’imagine pas nos collégiens de France en faire autant pour aller étudier…

Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (19)

Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (1) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (2) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (3) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (4) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (5)

Le village voisin est assez grand mais vide. La plupart des habitants sont des pêcheurs qui travaillent dans d’autres pays. Il y a une boutique où Omar nous achète des gâteaux au chocolat (fabriqué en Égypte…) en attendant le petit-déjeuner et un poste de santé. Il n’y a pas grand-chose à voir dans le village mis à part au port où les pêcheurs de crevettes vendent leurs marchandises et où la vie s’active. Vers 10h30 une pirogue passe nous prendre pour rejoindre Fambine et prendre le petit déjeuner : café soluble, pain et margarine. Je mange peu, préférant garder mon appétit pour le déjeuner qui je le sais sera à la hauteur des repas de la veille. Le temps passe vite ce matin, on discute, on flâne. Les hommes insistent gentiment pour que je me fasse faire des tresses. Je sais pertinemment que ça ne m’ira pas vraiment mais bon, cela fera un souvenir. Douloureux comme souvenir quand même, qu’est ce que ça tire ! Vers midi et demi on passe déjà à table. Souleman ne veut pas trop tarder pour profiter de la marée montante. Le plat est excellent, je me félicite de n’avoir presque rien mangé ce matin, je me régale avec ce tiep bou crevette. Une dernière balade avec les enfants autour de la maison, à la découverte d’énormes araignées au passage, et on embarque dans la pirogue pour le trajet retour vers Sokone.

Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (6) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (7) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (5) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (8) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (9) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (10) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (11) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (12) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (13) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (14) Sine-Saloum_Senegal_La-Boucle-Voyageuse (15)

Lors de ce trajet, plus long que l’aller, nous apercevons le seul et unique singe vert de notre séjour, sautant d’un palétuvier à l’autre. Pas le temps de le photographier mais le souvenir est imprimé dans notre mémoire.

A Sokone, on débarque, on remercie Souleman et Omar et on repart pour quelques kilomètres avec nos sacs plus légers qu’à l’aller puisque nous n’avons plus une goutte d’eau. Un peu fatigués par la chaleur et par la mauvaise nuit passée, on a tout de même hâte de pouvoir prendre une douche. L’appel de la baignade est plus fort que le reste pour cette dernière journée au campement et à peine nos sacs posés on file se glisser une dernière fois dans le bras de mer, sous les va et vient des si jolis petits guêpiers. La soirée file à une vitesse affolante et Monique et Aliou nous font goûter notre toute première noix de coco ce dernier jour. Ils sont au top et le cœur se serre un peu au moment d’aller se coucher. Demain matin nous reprenons la route vers Dakar.

A suivre…

 

18 Responses

  1. Ma'

    Encore une bien belle journée de ton voyage que tu partages avec nous…
    Et tu as raison, il faudrait leur remettre plus souvent les pendules à l’heure à nos collégiens sur leurs conditions de transport et d’enseignement. Mr 2e avait vu en classe le film “sur les chemins de l’école”, cela l’avait particulièrement marqué !
    Ma’ Articles récents…[Drôme] au hasard d’un chemin de campagne…My Profile

  2. Violaine

    Un bien beau séjour ! Quand on les voit parcourir autant de chemin… ça remet les idées en place ! Petit frisson tout de même à la vue de l’araignée ! Brrrr 😉

    • Julie

      Et oui, ça fait réfléchir…
      Hihi, désolée pour l’araignée, c’est vrai que moi j’étais plus fascinée par sa taille et ses couleurs.

  3. laura

    Une belle tranche de vie sénégalaise qui me ramène quelques années en arrière et me plonge dans la nostalgie de ce pays que j’aime tant… je vais de ce pas lire les autres carnets.

  4. Tiphanya

    Je viens de rattraper mon retard, car je n’aime pas lire tes billets en étant pressée. Tes photos sont tellement belles.
    à la fin de ton récit, je suis curieuse de voir comment tu as tout organisé, entre autre le logement chez l’habitant. Je sais bien que je n’aurai pas l’occasion d’aller au Sénégal avant longtemps, mais je suis curieuse.
    Tiphanya Articles récents…50 activités famille en AlsaceMy Profile

    • Julie

      Oh, je suis heureuse de lire ces mots, ce voyage m’a tellement chamboulée, je suis contente de réussir à en transmettre ne serais-ce qu’un petit peu. Pour l’organisation je suis passée par le réseau ATES, l’agence eco-responsable ECM Voyages qui travaillent avec le campement solidaire de Fadidi Niombato (j’en ai fait un article il y a quelque semaine pour présenter un peu leur projet). Je ne me sentais pas capable de partir “sans filet” pour cette première semaine et je ne voulais pas non plus passer par les formules classiques qui ne me correspondent pas des grand tour operator avec circuit et “poses photos des incontournables”. Et je suis super contente de mon choix !
      Julie Articles récents…Sénégal – Carnet de voyage #5My Profile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.